ENSARNAUT: STAGE INTENSIF POUR CONTEURS

Le non-verbal dans l'acte du raconter

En projet

Myriam Mallié poursuit son travail d'expériences et de réflexions sur ce qui fait le conteur: une certaine qualité de parole et de présence à l'autre. Quelle parole, quelle présence?
Cette année, en collaboration constante avec Marcelle De Cooman, c'est par l'exploration précise du non-verbal qu'elle abordera ces questions et les suivantes: «D'où viennent cette parole et cette présence? Comment les contacter, les nourrir, les transmettre? Comment, ainsi, donner sens au travail du conteur? Comment épanouir et mieux savourer sa propre manière d'être conteur?»


copyright: Christian Vergès- Ensarnaut.

Pourquoi?

Tout est langage, à commencer par nos corps silencieux, immobiles ou en mouvement. Notre corps, quel qu'il soit, est notre premier territoire. C'est par lui que nous sommes au monde. C'est par lui, d'abord, que nous rencontrons.
Chacun sait que la parole et les mots ne prennent force que s'ils ont l'espace qu'ouvre autour d'eux le silence. Mais que disent nos corps silencieux? Quels rapports expriment-ils avec soi, avec l'auditoire, avec l'environnement? Privés de mots, comment nous sentons-nous face à l'autre, quel qu'il soit?

L'objectif est donc de re-trouver en nous le sens et la forme de nos manières de nous tenir debout, de respirer, de bouger, d'aller, de venir, de s'arrêter… avant même de prendre la parole. Puis, dans la parole conteuse, de garder cette conscience naturelle du corps comme outil de base pour établir et nourrir la relation avec l'autre et avec le lieu où nous racontons.

Comment?

Nous le ferons en nous immergeant dans une nature splendide et respectée de 65 ha, en y travaillant, en silence et avec la voix, et entre autres avec les 24 poneys qui y vivent. Nous serons accompagnés par leurs propriétaires et nos hôtes, qui ont développé depuis 25 ans une approche éthologique du monde animal. Il ne s'agira pas d'apprendre à monter à cheval. Il s'agit de retrouver, par leur fréquentation, une qualité de présence et de sensibilité fondamentalement ancrées dans nos présences physiques mutuelles.

Plus précisément?

Avec Marianne et Christian Vergès, le travail se fera en deux temps: une première partie d'observation, pendant laquelle ils feront une démonstration du "langage corporel avec les chevaux", avec analyse minutieuse de ce qui se passe, et dans une deuxième phase chacun pourra expérimenter - indispensable pour ressentir!- pendant que les autres observent et essaient d'analyser ce qui se passe de la même manière. Il est très instructif, disent-ils, de voir le décalage qu'il peut, parfois, y avoir entre ce que l'on croit exprimer et ce qu'on exprime réellement; et là, avec les chevaux, pas de triche possible!

Avec Myriam Mallié, on vagabondera dans le domaine entre réalité et imaginaire, on en tirera inspirations et réflexions. Seront ainsi expérimentées de diverses manières réjouissantes, seul, en duo, en groupe.. , une mise en mouvement et une écoute de soi, des autres, du monde, de celles qui permettent au conteur cette forme de regard, ancestrale, imaginative, et de longue portée, dont sa parole, ensuite, pourra témoigner. Seront bien sûr explorées aussi les caractéristiques d'une écriture qui prépare à la parole conteuse, (narration-descriptions-dialogues) et de cette parole elle-même dans l'acte du raconter.

Avec Marcelle De Cooman, nous remettrons à l'honneur le monde de nos sensations avec et sans «l'assistance» des poneys...
L’approche des «bêtes» telle qu’elle est proposée ici met l’accent sur la relation, l’intention et le langage corporel. Travailler le non-verbal en situation de représentation, c'est éveiller la conscience corporelle et interroger le «qu'est-ce que je donne à voir quand je parle?».
Une préparation corporelle et vocale vous permettra de chercher une aisance et une fluidité dans le corps et dans la mobilité qui pourra rendre à la voix liberté, naturel et présence.

Infos pratiques:

Pour qui?

Ce travail s'adresse à ceux qui ont déjà une bonne pratique du conte.
Pour 12 participants.

Quand?

10 jours sont nécessaires pour ce grand voyage dans le non-verbal, avec 2 journées de liberté prévues pour le repos ou la randonnée dans la région. (les Pyrénées ne sont pas loin.)
Le stage se terminera par une soirée festive ouverte aux villageois, au cours de laquelle nous les entraînerons dans une promenade contée.

Dates: en projet

Où?

A Ensarnaut, 32260 Lamaguère-Seissan, dans le Gers (France). Chez Christian et Marianne Vergès.
Pour tous les détails et photos, consulter le site www.ensarnaut.com

Le trajet

A titre indicatif, le trajet A/R en voiture, péages et carburant coûte : 280€,
en train par le TGV-Bruxelles/Paris- Paris/Toulouse et le train Toulouse/Auch coûte : entre 180€ et 200€ (on peut venir vous y chercher) l'A/R,
en avion, via Ryan-Air, Bruxelles/Carcassonne en première minute coûte : 30 €

Avec qui?

Les intervenants:

Myriam MALLIÉ

Marcelle DE COOMAN


Marianne et Christian VERGÈS:
Marianne Cornelis, «la Belge», était enseignante en arts plastiques…
Christian Vergèz, «le Pyrénéen», était moniteur de ski.
…Nous nous sommes rencontrés à l’UCPA, comme moniteurs d’équitation, grâce à notre passion commune, de la pédagogie, des chevaux et de la nature.

Nous serons soignés «aux petits oignons» par une jongleuse culinaire.
Colienne VANCRAEN, pâtissière depuis ses premiers anniversaires, cuisinière à la Table d’Hôtes Buls (Bruxelles) pendant plus de vingt ans, chanteuse également, nous fera frémir les papilles par sa cuisine végétarienne et classique saine et équilibrée.

Avec quoi?

Matériel:

Un conte court de son répertoire, déjà raconté ou suffisamment maîtrisé (sujet: en cohérence avec le lieu qui nous accueille. Voir site).
Une chanson dont le thème se rapporte aux chevaux, aux animaux ou à la nature.
Des vêtements souples et chauds qui ne serrent pas à la taille.
Des grosses chaussettes et des vêtements pour l'extérieur. (Pâques tombe très tôt cette année...)
Des bottines ou des bottes.
De quoi écrire et dessiner.
Un tapis de gym, et un coussin.
Une pochette (genre gant de toilette) remplie avec au moins 500g de pois chiches ou de lentilles, consciencieusement cousue pour la fermeture!

Footer